France

Home

Comme le rappellent O. van der Hart et M. Dorahy sur la page « History / Histoire » de ce site, la théorie de la dissociation est née, sous sa forme moderne et encore actuelle, des travaux du psychologue français Pierre Janet sur la maladie hystérique, ou plus simplement l’hystérie. Ces études pionnières du début du XXème siècle connurent en leur temps un retentissement mondial, Pierre Janet correspondant activement avec les psychologues américains, brésiliens, argentins, anglais et allemands. Malheureusement, le pays qui vit éclore ces travaux d’avant-garde, fut aussi celui qui fut le plus prompt à les oublier. Alors qu’elle fleurit sur d’autres continents avec des structures internationales dont l’ESTD est l’un des fleurons, la psychologie dynamique expérimentale – théorique ou finalisée – , et la théorie de la dissociation en particulier, sont absents des programmes de recherche, en France.

Rebaptisée « trouble dissociatif » depuis le DSM-III, assortie des « troubles somatoformes » et des troubles de stress, l’hystérie de Pierre Janet fait son retour en force dans la nosographie contemporaine. De ce fait, bien que son étiologie et sa dynamique ne soient pas encore tout à fait redécouvertes en France, sa thérapie, elle, commence à s’appuyer à nouveau sur les résultats de Janet déjà acquis au début du siècle, dans de nombreux pays.

Différents indices annoncent tout de même, heureusement, une inversion prochaine de ce regrettable oubli du savoir universel : la tenue en France, sous l’égide de l’Institut Pierre Janet et de l’IETSP (Institut Européen de Thérapies Somato-Psychiques), du premier atelier biennal de l’ESTD fin 2011 est le symbole fort de la nouvelle dynamique qui commence – enfin – à atteindre le pays qui vit éclore ces recherches.

En France, les principales structures contribuant à la redécouverte de la dissociation janétienne sont :

 

1. L’institut Pierre Janet (IPJ)

Il a été fondé en 2004 avec son site www.pierre-janet.com. Son activité principale est l’organisation d’un colloque annuel, pluridisciplinaire, sur l’actualité des travaux de Janet pour la recherche fondamentale et finalisée. Avec O. Van der Hart comme Vice-président depuis sa fondation, l’IPJ est l’un des principaux centres de la diffusion de la dissociation en France. Son site Internet fournit des actualités internationales et des ressources documentaires, en particulier une base de plus de 50 articles issus du colloque annuel depuis 2004. Les actes du colloque sont également disponibles en fascicule imprimé depuis 2006. Intégré à la Société Française de Psychologie depuis 2006, l’IPJ contribue également de plusieurs conférences par an sur Pierre Janet au Congrès National de psychologie organisé par cette Société… laquelle rappelons-le fut fondée par Janet lui-même, en 1901.

 

2. L’Institut Européen de Thérapies Somato-Psychiques (IETSP)

L’IETSP est un des premiers organismes de formation spécialisé dans la diffusion, dans la francophonie, des approches psychothérapeutiques les plus avancées dans le traitement des troubles dissociatifs complexes , en relation avec des traumatismes spécifiques et chroniques . L’IETSP permet la venue de personnalités internationales, souvent pour la première fois en France : Maggie Philipps PhD (USA) spécialiste de la ‘Psychothérapie des états divisés du Moi’ ; Onno van der Hart PhD (Pays Bas), sur le ‘Diagnostic et traitement de la dissociation structurelle de la personnalité’ ; Pat Ogden PhD (USA), conceptrice de la ‘Psychothérapie Sensorimotrice’ centrée sur les approches somatiques/cognitives et en particulier les troubles de l’attachement. Informations sur le site : www.ietsp.fr ou contacter mayer@ietsp.fr ou pasqualin@ietsp.fr

 

3. L’Institut de Victimologie – Centre du Psychotrauma
Fondé en 1995 à la suite des attentats dans le métro parisien, le Centre du Psychotrauma est un lieu de consultation s’adressant aux victimes d’événements traumatisants. Les psychologues et les médecins qui y travaillent consacrent une partie importante de leur activité clinique au traitement des troubles dissociatifs psychotraumatiques. Une partie de l’équipe (Marianne Kédia, Karen Sadlier…) publie régulièrement des livres et des articles scientifiques mettant en exergue le rôle de la dissociation dans le développement des troubles post-traumatiques. L’Institut de Victimologie est l’un des premiers centres en France à organiser des conférences menées par les spécialistes mondiaux du sujet (comme Bessel van der Kolk en 2010). N’hésitez pas à nous contacter à cette adresse : mariannekedia@gmail.com

 

4. Réseau Janet
Récemment lancé, le « Réseau Janet – Isabelle Saillot » vise à rassembler l’information internationale sur les initiatives individuelles ou institutionnelles concernant la psychologie et la contribution de Pierre Janet, en particulier dans le domaine de la dissociation. Le Réseau Janet s’appuie sur une communauté Facebook (www.facebook.com/reseaujanet) et sur le site d’I. Saillot (www.isabellesaillot.net). Il organise des rencontres, un colloque annuel et d’autres manifestations à venir.

Nous vous invitons à vous reporter aux sites Internet de ces structures pour prendre connaissance de l’actualité de la dissociation en France, et des séminaires ou formations à venir.

 N’hésitez pas à nous informer des manifestations que vous organisez, dont vous avez connaissance, ou de tout autre sujet en rapport avec la dissociation en France (e-mail de contact en haut de cette page)

Resources
La dissociation au cinéma
Contact
Contact

Bernard Gente
E-mail: france@estd.org

Joanne Smith
E-mail: france@estd.org

Bernard Pascal
E-mail: france@estd.org

News
La honte au regard du trauma : quel regard clinique aujourd'hui ?

Vendredi 11 et Samedi 12 octobre 2019, Espace Prémontés à 4000 Liège (Belgique)

Vendredi 11 octobre 2019 : Soirée-conférence avec Serge TISSERON 
Samedi 12 octobre 2019 : Journée d'étude en présence de Catherine BORTOLON, Françoise DETOURNAY, Raphaël GAZON, Serge GOFFINET, Manoëlle HOPCHET, Marcel LEROY, Thibaut LORENT

La honte est un sentiment puissant, difficile à gérer pour celles et ceux qui l'éprouvent. Le discours sociétal stigmatisant certains sujets contribue lourdement au jeu de la honte. Lorsqu'elle s'origine dans des évènements de vie particulièrement dramatiques, elle devient un enjeu clinique important. Elle se cache souvent sous la surface de la conscience infectant le lien à soi et aux autres, oblitérant même les possibilités d'évolution thérapeutique. Elle est l'objet d'évitement qui empêche de dire sa souffrance et de recourir à une aide professionnelle.  Elle pousse au gel des vécus traumatiques et amplifie voire maintient les phénomènes de dissociation traumatique. Si le thérapeute la perçoit, elle peut rester hors de portée du travail thérapeutique.  

Bip asbl, le Centre PEPS-E, l'AFTD et l'ESTD organisent deux journées d'étude pour explorer cette thématique essentielle pour les cliniciens sensibilisés au traumatisme psychique : Quels sont les liens entre la honte et la santé mentale, la maladie psychique ? Quelles peuvent en être les manifestations ? Quels sont les effets de la honte ? Quelle est sa fonction ? Qu'est-ce qui la distingue de la culpabilité ? Comment l'aborder dans le travail thérapeutique ? Comment l'atténuer ?  

Inscription